Click Here! BTCClicks.com Banner Flag Counter

lundi 18 juin 2007

Niasse annonce la privatisation de la Sonatel, de la Lonase et du Port



Une occasion saisie par le secrétaire général de l'Afp Moustapha Niasse pour annoncer une série de privatisations des sociétés comme la Sonatel, la Lonase et le Port de Dakar. Parce que le Sénégal connaît des difficultés énormes de trésorerie. Il a par ailleurs lancé un appel pour «une unité réelle» de l'opposition et se dit favorable à une démocratie arc-en-ciel.

A en croire Moustapha Niasse : «Les finances publiques et le Trésor sont aujourd'hui dans une situation alarmante, eu égard à l'importance des engagements pris par l'Etat à la veille des élections pour calmer le front social et pour relancer ses grands chantiers». Et le gouvernement selon Niasse, n'envisage que trois possibilités dans sa logique actuelle de gestion des finances publiques qui conduit à une impasse : privatiser certaines entreprises

du secteur public ou parapublic, augmenter les recettes fiscales et augmenter l'endettement privé intérieur ou les deux à la fois». Pour le patron des progressistes, la privatisation ne peut concerner que deux ou trois sociétés rentables : la Sonatel, la Lonase et le Port de Dakar. Or explique-t-il, ces privatisations ne pourront se faire sans affecter le monde du travail et déstabiliser le front social. L'augmentation de l'endettement privé quant à elle, va poser problème et coûter très cher ; compte tenu des tensions actuelles que subit la trésorerie de l'Etat. L'augmentation des recettes fiscales poursuit Niasse, passe nécessairement par l'accroissement du produit des impôts indirects qui représentent plus de 71% des recettes totales. Ces impôts sont non seulement inéquitables, parce qu'indifférenciés, payés par tous les citoyens, de la même manière et quels que soient les moyens des uns et des autres.

Auparavant, Moustapha Niasse a dressé un tableau sombre de la situation économique : «Le niveau de l'endettement intérieur s'élève à 200 milliards, des chèques du Trésor servis à des fournisseurs en règlement de leurs créances sur l'Etat, reviennent impayés, les propriétaires des maisons conventionnées par l'Etat ne sont pas payés depuis trois trimestres, 9 mois sur 12, des bons du Trésor arrivés à échéance, sont parfois impayés. Pour les bons émis en 2006, l'encours à 60 jours était de 25 milliards à la date du 07 Juin 2007». Et Niasse de poursuivre : «Les Ics n'ont pas encore remboursé les 15 milliards de l'emprunt 2006, garanti par l'Etat. L'emprunt d'Etat de 45 milliards émis en juillet 2005, échéance juillet 2010, n'avait connu, à la même date du 7 juin 2007, c'est-à-dire, il y a une semaine, aucun début de remboursement. Ainsi, le stock d'encours reste à 45 milliards ». Niasse pour une «unité réelle de l'opposition» et une «démocratie arc-en-ciel» Au plan politique, le secrétaire général de l'Afp se dit favorable à «une unité réelle» de l'opposition. Pour lui, une évaluation lucide des expériences récentes doit être faite, pour éviter la répétition de certaines erreurs et autres dysfonctionnements préjudiciables à la force de l'opposition. Pour l'Afp, le regroupement de l'opposition démocratique n'est pas le fait du hasard. Il s'agit d'un processus volontaire, qui se fonde sur une analyse précise des données politiques, économiques et sociales qui prévalent actuellement au Sénégal, face à un régime qui ignore la loi et le droit et qui a résolument tourné le dos à la démocratie et au respect de la personne humaine. Par ailleurs, Moutapha Niasse a indiqué qu'il veut une démocratie arc-en-ciel. Dans l'honnêteté et dans la loyauté. Surtout dans le respect de la parole donnée.

Aucun commentaire: