Click Here! BTCClicks.com Banner Flag Counter

mardi 7 octobre 2008

Faire face

MOUSTAPHA NIASSE SECRETAIRE GENERAL DE L’AFP

Le Sénégal évolue, de plus en plus intensément, dans un contexte d’interrogations multiples, d’inquiétudes cumulées, de questions sans réponses. Les populations subissent, jour après jour, les effets d’une conjoncture économique et sociale qui déroule ses phases successives comme une vis sans fin.
Les femmes, confrontées aux difficultés de la vie quotidienne des ménages, vivent dans une angoisse existentielle qui embrasse tout à la fois le sort de leurs époux, l’avenir de leurs enfants, l’équilibre familial et des lendemains qui n’annoncent rien qui ressemble à un motif d’espérance. Les jeunes, quel que soit leur niveau de formation et les moyens de leurs parents, vivent le calvaire d’un horizon qui s’estompe progressivement et les perd dans les dédales de la confusion, parce qu’aucune politique sérieuse n’a été conçue et mise en œuvre par les tenants du pouvoir en faveur de cette frange de la population qui, au sein de chaque peuple, porte l’espoir et les enjeux de demain. De plus en plus, le Sénégal sombre dans l’arriération économique, dans la corruption et dans la gabegie. La situation est grave. Déjà, lors du 8ème anniversaire de ma Déclaration du 16 juin 1999, j’annonçais que les tenants du pouvoir prendraient un certain nombre de mesures trop faciles et marquées de violence, conformément à leurs propres méthodes de gestion qui ont montré leurs limites : « 1. augmenter les recettes fiscales ; « 2. privatiser certaines entreprises rentables du secteur public ou parapublic ; « 3. augmenter l’endettement privé intérieur ou extérieur ou les deux à la fois. « L’augmentation des recettes fiscales passe nécessairement par l’accroissement du produit des impôts indirects qui, seuls, représentent plus de 71 % des recettes totales. « Ces impôts sont non seulement inéquitables parce qu’indifférenciés, payés par tous les citoyens, de la même manière et quels que soient les moyens des uns et des autres. Ils sont, en outre, d’une collecte facile. Il s’agit, essentiellement, des taxes sur la consommation, c’est-à-dire des produits les plus demandés sur le marché et de la TVA et des taxes spécifiques sur le carburant et les droits de porte. C’est pourquoi, pour augmenter ses recettes ordinaires, l’Etat laissera encore augmenter les prix des denrées de première nécessité. Il continuera même de favoriser ces augmentations. Il en sera ainsi du carburant, du ciment, de l’eau, de l’électricité, du gaz, du lait, de l’huile et d’autres produits, en somme, de tous les produits et biens de consommation courante qui font l’objet de la demande sociale ». Aujourd’hui, il faut ajouter à ces préoccupations les loyers et la spéculation foncière. A la place de mesures opportunes, élaborées avec la nécessaire vision qui confère à une société la force, la perspicacité, la lucidité et les moyens d’entrer dans la modernité, les tenants du pouvoir dit libéral se livrent, sans limite, à des gesticulations et à des comportements que réprouve la morale républicaine et qui sont contraires aux exigences de bonne gouvernance. Les conséquences d’une telle situation envahissent, de plus en plus, les espaces de libertés et réduisent drastiquement les capacités de production de modules de progrès et de développement des Sénégalais, à tous les niveaux. La pauvreté s’accroît dans les campagnes mais aussi dans les villes. Le chômage s’installe, les hôpitaux manquent de tout et, plus grave, croulent sous le poids d’un endettement irrépressible. Le secteur de l’Education s’enlise dans le mal traitement qui lui est réservé, dans nos Universités, dans nos Lycées et Collèges, dans nos Ecoles de formation technique et professionnelle. A peine annonce-t-on la rentrée scolaire pour la mi-octobre, voilà que sont déposés, déjà, des préavis de grèves qui sont le résultat d’engagements non tenus de la puissance publique et d’une volonté manifeste de refuser tout dialogue avec les enseignants. Le niveau de la dette intérieure que porte l’Etat vis – à – vis des sociétés et entreprises opérant au Sénégal vient de dépasser 300 milliards de francs Cfa, quand la dette extérieure a, de son côté, atteint le montant inquiétant de plus de 900 milliards de francs Cfa. Maintenant, face à une telle situation, les discours politiciens, les incriminations réciproques, les imprécations répétées et les philippiques à l’emporte-pièce doivent être définitivement écartées, même s’il est vrai que de tels comportements proviennent plus souvent des tenants du pouvoir que de la jeunesse de notre pays ou des citoyens organisés dans des formations politiques. Le mal est profond, trop profond. Les promesses vaines n’y changeront rien. Les programmes conjugués au futur, l’idée chimérique d’une centrale nucléaire à Oussouye, pour un coût de 3.000 milliards de francs Cfa au moins et une durée de construction d’un tel ouvrage qui s’étend sur quinze années au moins, rien de tout cela ne peut changer la situation. Les Sénégalais doivent tous se mettre à l’ouvrage et ils le peuvent. Quand l’espoir est tué dans les cœurs, quel pouvoir peut encore avoir de simples paroles de la part d’un gouvernant ou d’un Chef d’Etat, ce dernier tendant à s’occuper davantage de ce qui se passe à l’extérieur du pays, pour de simples raisons de recherche de gloire ou de titres ? Les Sénégalais ne doivent nullement avoir peur de l’avenir, celui-ci est entre les mains de Dieu et s’appelle destin. Mais les Sénégalais, dans la poursuite de ce destin, ont une obligation vis-à-vis d’eux-mêmes, de leur pays et de l’avenir de leurs enfants. Sans doute, enfin, celui qui, pour le moment, se trouve à la tête du pays entendra-t-il la voix qui lui dit : « Ouvrez les yeux sur la souffrance des innocents ! ». La question se pose dès lors de savoir si M. Abdoulaye Wade et son Gouvernement sont capables de s’élever à la hauteur des responsabilités qui sont les leurs pour répondre, avec compétence et dignité, aux appels de la conscience populaire. La question se pose toujours de savoir s’ils sont capables de comprendre, enfin, que le problème des Sénégalais est devenu une question de survie. La crise générée par les divers aspects du phénomène de la mondialisation ne peut servir de prétexte encore moins de tentative d’explication dans l’analyse de la crise sénégalaise, crise multidimensionnelle et multiforme, causée et aggravée par des actes posés, depuis 9 années, par un régime irresponsable et incompétent, nourri à la source pernicieuse d’un pouvoir personnel. Où sont passés les 67 milliards qui avaient été prévus pour lutter contre les inondations, dans le cadre d’un Plan Jaxaay devenu ce que l’on sait, quand des quartiers entiers de Dakar et de sa banlieue sont envahis par les eaux stagnantes, à la faveur des dernières pluies de juillet – août 2008 ? Il faut mettre fin à cette situation. Comme je l’ai indiqué lors de ma conférence de presse du 20 mai 2008, il faut ajuster immédiatement les dépenses de l’Etat aux priorités de l’heure. J’ai préconisé, notamment la création d’un « Fonds budgétaire d’ajustement structurel de 300 milliards au moins, sur une période de trois années, Fonds qui sera alimenté par le prélèvement d’une partie des recettes douanières tirés des produits chimiques entrant au Sénégal, le prélèvement sur les recettes douanières provenant des produits alimentaires importés, et en affectant 50 % de la dotation des crédits de carburant et de téléphone des ministères, de l’Assemblée Nationale, du Sénat et, évidemment, en commençant par la Présidence de la République et les services qui lui sont rattachés ». A peine quatre mois après, l’évolution de l’endettement intérieur implique un effort financier encore plus important, autour de 20% du budget de l’Etat. Les mesures drastiques qui s’imposent sont dictées à la fois par le souci d’efficacité, d’équité et par le devoir de solidarité. C’est pourquoi aujourd’hui, eu égard à l’aggravation de la situation, nous devons encore aller plus loin et plus vite, dans le train de mesures destinées au redressement de notre pays. A cet effet, pour sa survie, le Sénégal, plus que jamais, a besoin : 1 d’une gestion transparente de l’Etat et de ses démembrements ; 2 d’un retour définitif et sécurisé aux valeurs de la République, loin de tout pouvoir patrimonialisé et de dérives monarchiques qui ont fait la preuve de leur nocivité, au détriment des populations de notre pays ; 3 de l’arrêt immédiat de la gabegie et de la mauvaise gestion des ressources publiques et de l’opacité qui entoure des investissements de nature publique, quand toute idée d’audit est devenue un chiffon rouge pour les tenants du pouvoir ; 4 de revoir les politiques en cours et mettre en place, sans attendre, des mécanismes destinés à réhabiliter les secteurs : de l’Education nationale ; de la Santé ; de l’Aménagement du territoire, dans la répartition et dans l’installation équilibrées des structures et équipements du développement en faveur de toutes les régions du pays ; de la formation des Sénégalais, pour préparer notre entrée progressive dans la société du savoir, depuis l’ingénieur, le médecin, l’enseignant jusqu’à l’ouvrier spécialisé, dans le cadre d’une planification de nos ambitions pour demain, voulant que le Sénégal soit un pays moderne, développé, capable de se prendre en charge et apportant sa contribution au rendez-vous des nations et à leur progrès, avec dignité et avec panache, pour la fierté des générations présentes et futures ; de la réduction des dépenses de l’Etat, en commençant par une amputation de 50 %, et cela sans attendre, des budgets de la Présidence de la République et de l’Assemblée Nationale, par la suppression du Sénat et par celle des innombrables Agences qui sont rattachées aux services du Chef de l’Etat. Le nombre d’Ambassades et de Consulats du Sénégal à l’étranger doit faire l’objet d’une réduction, comme cela avait été décidé en 1978 – 1979, en accord avec la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International. Ne seraient alors conservées que les Représentations diplomatiques du Sénégal dans des pays avec lesquels nous entretenons un partenariat mutuellement bénéfique et auprès d’Institutions internationales comme l’ONU, à New-York et à Genève, avec l’Union Européenne, à Bruxelles, et avec l’Union Africaine, à Addis-Abeba. Naturellement, il faut, ici et maintenant, mettre fin aux nombreux voyages inutiles des tenants du pouvoir, réduire de moitié la taille du Gouvernement, du Bureau de l’Assemblée, supprimer tous les contrats spéciaux complaisants, mettre fin aux fonctions fictives et coûteuses, ajuster les factures téléphoniques et des logements conventionnés à la situation actuelle des finances publiques, procéder à une gestion plus rationnelle du parc automobile de l’Etat. La mise en place de ce fonds sera subordonnée au vote, dès l’ouverture de la prochaine Assemblée, d’une loi des Finances rectificative, pour corriger les errements budgétaires, notamment en matière de dépenses. Il convient, en effet, de bloquer les investissements de prestige, en faveur des investissements productifs et du volet social. Il s’agit aussi de mettre fin au piétinement des Institutions de la République et, en particulier, de l’Assemblée Nationale, par une application stricte du principe de la séparation des pouvoirs, principe posé dans la Constitution de la République. Il convient également d’assurer la sécurité des Sénégalais par la protection des citoyens, devant les dérives constituées par des actes de nature administrative ou politique, qui viennent fréquemment violer les principes liés aux libertés individuelles ou collectives. Par ailleurs, le dossier de la crise casamançaise mérite d’être traité avec rigueur, lucidité et compétence. Une telle ambition est tout à fait réalisable s’il s’engage des négociations véritables avec les interlocuteurs du Mouvement des Forces Démocratiques de Casamance (MFDC) et avec toutes les bonnes volontés qui existent présentement, dans les milieux confessionnels, musulmans et chrétiens, et au sein de la société civile. Les Sénégalais sont en mesure d’assumer leur destin et de prendre leurs responsabilités pour sauver leur pays. Il peut arriver dans l’histoire et dans l’évolution d’une nation des situations exceptionnelles et des moments de remise en cause, qui conduisent à un retour aux vertus de la concertation et du dialogue, sans qu’aucune des parties en présence se considère comme étant supérieure à l’autre. Et les Sénégalais ont l’obligation de se ressaisir pendant qu’il est encore temps. Cet impératif catégorique devra impliquer nos compatriotes établis à l’étranger, les Sénégalais de l’Extérieur parmi lesquels se trouvent compétence, rigueur, savoir-faire et expérience dont le pays a tant besoin. A cet égard, les Assises nationales constituent un brillant exemple de solidarité dans la conjugaison de toutes les compétences, au service des urgences, des vraies urgences. Nous devons également inscrire, dans la logique de notre volonté de sauver le Sénégal, nos partenaires au développement et les Institutions internationales qui nous apportent un soutien d’appoint, pour compléter l’effort national, dans l’esprit du principe de complémentarité entre les peuples et les Etats membres de la Communauté des Nations. Fait à Dakar, le 25 septembre 2008 Moustapha Niasse * Le chapô est de la rédaction Exergues 1/ De plus en plus, le Sénégal sombre dans l’arriération économique, dans la corruption et dans la gabegie 2/ Le niveau de la dette intérieure que porte l’Etat vis – à – vis des sociétés et entreprises opérant au Sénégal vient de dépasser 300 milliards de francs Cfa 3/ les discours politiciens, les incriminations réciproques, les imprécations répétées et les philippiques à l’emporte-pièce doivent être définitivement écartées… 4/ Les Sénégalais sont en mesure d’assumer leur destin et de prendre leurs responsabilités pour sauver leur pays.

Aucun commentaire: