Click Here! BTCClicks.com Banner Flag Counter

lundi 5 janvier 2009

En attendant d'intégrer And Siggil Senegal : Macky Sall noue alliance avec Moustapha Niasse

L’Apr/Yaakaar est en passe d’intégrer la coalition And Siggil Sénégal. Même si Macky Sall refuse, pour le moment, de l’annoncer officiellement. L’Ap/Yaakaar et son leader ont déjà fait les premiers pas, en allant à la rencontre de Moustapha Niasse, hier, au siège de l’Afp.

‘L’Apr/Yaakaar n’est pas encore membre de la coalition And Siggil Sénégal. C’est le premier (rencontre Macky Sall - Niasse) pas et le second va suivre. Pour le moment, l’enjeu est de bâtir une grande coalition de l’opposition pour gagner les locales. Nous sommes en train de discuter pour la création de cette nouvelle convergence’, a répondu Macky Sall, à la question relative à une éventuelle intégration de son parti dans And Siggil Sénégal. Comme pour confirmer les propos de son hôte, Moustapha Niasse précise : ‘Ne nous trompons pas, nous ne sommes pas une coalition. Ce sont deux partis qui ont décidé de travailler main dans la main, dans la même dynamique qu’And Siggil Sénégal. C’est la même dynamique que Talla Sylla dont le parti est membre de la coalition And Siggil Sénégal a initiée avec les partis membres du Pôle républicain qui ont eu des rencontres avec And Siggil Sénégal’.
Toutefois, en perspective des prochaines élections locales, l’Afp et l’Apr/Yaakaar ont, au sortir de cette rencontre, situé leurs échanges, à travers une déclaration commune, ‘dans le cadre de la dynamique de concertations pour une coalition la plus large des partis de l’opposition’.

Les deux délégations (Afp et Apr/Yaakaar) considèrent que les enjeux de ces élections dépassent ceux relevant de l’objectif normal de la recherche du contrôle du plus grand nombre de collectivités locales. Car ‘la configuration nouvelle qui en découlera pèsera, sans nul doute, sur d’autres échéances’, indique le porte-parole du jour des deux partis, Me Djibril War. Et c’est pourquoi, renseigne-t-il, ‘elles ont décidé de mettre en place des mécanismes et des procédures qui permettront une coopération fonctionnelle et fructueuse dans la gestion du dossier de la participation de l’opposition aux élections locales de mars 2009, dans le cadre des formules et projets présentement en discussion’.

Dans la même optique, Moustapha Niasse et Macky Sall ont pris la résolution de se ‘tenir la main et d’apporter ainsi, ensemble, leur contribution au vaste mouvement des forces de l’opposition qui, en jonction avec le peuple, va mettre fin à la régression économique, aux injustices et à l’impunité’. Ainsi ont-ils décidé, entre autres, de consolider leurs relations bilatérales par de larges et régulières’ concertations sur les grandes questions économiques, politiques et sociales qui interpellent le Sénégal, de prendre les dispositions ‘utiles’ pour une mise en perspective de leurs convergences et le renforcement de la solidarité entre les deux parties. Mais aussi, d’intégrer les éléments communs des programmes respectifs des deux partis pour la réalisation de ‘leur ambition légitime pour le Sénégal’. Aussi, les deux délégations ‘ont réaffirmé leur vision commune pour la réalisation d’une ambition légitime vers un développement équilibré et durable du Sénégal et pour des options politiques mettant en avant l’unité nationale ainsi que les valeurs morales et éthiques’, ajoute Djibril War. src="http://www.teliad.fr/gfx/fr/banner/logo_01_5.gif"
alt="teliad - le marché des liens de texte"
title="teliad - le marché des liens de texte" />


Analysant la situation économique, financière politique et sociale du pays, Niasse et son nouvel allié constatent qu’elle ‘fait de l’existence quotidienne des Sénégalais un enfer épouvantable qu’ils ne pourront pas supporter indéfiniment’. Selon eux, ‘la gravité’ de la situation du pays découle des menaces de rupture de sa stabilité dans ‘l’accomplissement de son destin’.

Pire, ‘les équilibres qui fondent les bases de notre pays, sa stabilité dans l’accomplissement de son destin dans la marche de l’humanité, ne sont plus seulement menacés. Ils sont en voie d’être rompus et pour longtemps’, ont-ils remarqué. L’Afp et l’Apr/Yaakaar condamnent, dans la foulée, ‘l’effondrement de l’Etat et des institutions de la République’. Lequel résulte, disent-ils, ‘de la violation systématique des normes les plus élémentaires d’une bonne gestion de la vie publique’. Sur le même registre, les deux anciens Premiers ministres de Wade fustigent ‘les manipulations répétées de la Constitution opérées par le chef de l’Etat à des fins de règlement de comptes. Et dans le but de préparer la dévolution du monarchique du pouvoir’.

Yakhya MASSALY

Aucun commentaire: