Click Here! BTCClicks.com Banner Flag Counter

vendredi 29 janvier 2010

Présidentielle 2012 : le Mfdc prêt à renoncer à la guerre et appelle à l'unité autour de Niasse

Le Mouvement des forces démocratiques de Casamance (Mfdc) déclare, dans une correspondance datée du 3 décembre que son Secrétaire général, Jean Marie Biagui, a adressée aux leaders de Benno Siggil Senegaal que Moustapha Niasse est une « opportunité et une chance inouïes pour la coalition Bennoo Siggil Senegaal et, au-delà, pour le pays tout entier ».
« Comme témoin attentif et, peut-être, exigeant – fût-ce exagérément – de la vie politique au Sénégal, nous croyons pouvoir affirmer que le caractère indubitablement vierge de Monsieur Moustapha Niasse par rapport au « dossier casamançais », ainsi que son expérience éprouvée et universellement reconnue comme telle dans la gestion de conflits à travers le monde, entre autres atouts et valeurs, le positionnent d’emblée comme une opportunité et une chance inouïes pour la coalition Bennoo Siggil Senegaal et, au-delà, pour le pays tout entier », souligne Jean Marie Biagui, avant d’ajouter : « Ainsi, en plus d’être un homme de consensus, Monsieur Moustapha Niasse pourrait-il faire l’objet d’un consensus d’autant plus large que celui-ci ne nous épargnerait pas, nous-même. Nous en sommes convaincus. Mais nous sommes si à l’aise de l’admettre publiquement que, à ce jour, nous ne nous accomplissons pas, au Sénégal, comme un compétiteur politique ».
C’est là l’idée du « partenariat gagnant pour le pays » que Biagui tente de faire accepter aux leaders de Bennoo Siggil Senegaal, au-delà des intérêts partisans et égoïstes.

Le jeu en vaudrait-il vraiment la chandelle ?

Le patron du Mfdc précise que cette « assertion n’altère en rien les valeurs respectives ainsi que les compétences propres de chacune et de chacun parmi les autres leaders de votre organisation ».
Certes, dit-il, tout parti politique est, en soi, une entité irréductible et souveraine. « C’est là, en effet, un fait imparable qui pourrait conforter, dans leur argumentaire, les partisans de dynamiques politiques multiples ou plurielles en votre sein, doublé de ce que – réalité tout aussi imparable ! – quelques-uns des partis de votre organisation sont historiquement et politiquement issus des flancs d’autres formations de Bennoo Siggil Senegaal, pour des raisons qui leur sont propres », note le secrétaire général du Mfdc ». Et s’interroge : « Auquel cas, le jeu en vaudrait-il vraiment la chandelle dans le contexte du Sénégal d’aujourd’hui ? »

Les interrogations de Biagui

Le patron du Mfdc de se demander : « A moins que les propos récents de Maître Aïssata Tall Sall, leader socialiste – qui suggérait, opportunément, que s’il y avait des faits réels qui vous sépareraient, il y en aurait incontestablement un, unique et majeur, réel aussi, qui vous rassemblerait, à savoir l’intérêt de la Nation – ne fussent la réponse de Bennoo Siggil Senegaal à cette dernière préoccupation républicaine ». Il poursuit son interrogation : « A moins, aussi, à plus forte raison, que le secrétaire général du Parti de l’Indépendance et du Travail (PIT), Monsieur Amath Dansokho, qui se serait d’ores et déjà exclu de la présidentielle 2012 en vue d’une « solution de sagesse au sein de Bennoo Siggil Senegaal », ne soit, en l’occurrence, l’exemple par excellence à suivre ».

Paix définitive en Casamance : Wade disqualifié

Jean-Marie Fraçois Biagui a aussi évoqué la question de la paix définitive de la Casamance. Mais pour lui, Me Wade et son régime sont incapables d’arriver à ce résultat. « Pour avoir pratiqué, ès-qualités, le président Wade et son régime pendant neuf ans, dans le cadre de la gestion dudit processus de paix, puissions-nous réaffirmer, avec force et conviction, la mort dans l’âme, que la paix en Casamance ne se fera pas avec ces derniers », affirme-t-il.
D’ailleurs, poursuit Biagui, « parviendrions-nous à découvrir le véritable sens de la paix en Casamance selon le président Wade et son régime, que nous aurions déjà posé les jalons nécessaires pour le retour d’une paix durable en Casamance »
C’est cette tâche qu’il veut confier aux leaders de Bennoo Siggil Senegaal. « Ce faisant, vous vous seriez alors appropriés le « dossier casamançais » pour ensuite le traiter à la mesure des responsabilités légitimes qui sont les vôtres », indique la source.

Se faire violence pour accoucher d’un nouveau dispositif

Pour le Mfdc, « dans la perspective des nécessaires changements attendus au Sénégal, il est urgent, sinon indispensable, du moins selon nous, à l’instar de l’expérience conquise de haute lutte et qui avait alors conduit la plupart d’entre vous à la victoire mémorable de 2000, de vous faire violence pour accoucher d’un nouveau dispositif, qu’une femme ou un homme, en tant que leader incontesté, incarnant de surcroît, dans une dynamique résolument consensuelle, les valeurs dont est porteuse la coalition Bennoo Siggil Senegaal, aurait pour mission de transformer en un corpus d’opportunités heureuses pour le pays ».
Mais pour qu’une telle mission transversale et transcendante soit efficiente, selon le Mfdc, « cela devrait rigoureusement participer d’une vision tout aussi transversale et transcendante, ayant pour objectif, en l’occurrence, prioritairement, le règlement du conflit en Casamance fondé sur une idée hautement juste quant à la (re)construction de la paix définitive en Casamance ».

Prendre en compte les revendications du Mfdc

Jean-Marie François Biagui d’indiquer : « Il s’agirait, en effet, dans la perspective puis dans le cadre de la nécessaire refonte des institutions et de la nécessaire réforme de l’Etat, que, du reste, toutes les populations du Sénégal ne cessent d’appeler de leurs voeux, de prendre en compte, a priori, sinon les revendications légitimes du MFDC et de la Casamance, du moins l’essentiel d’entre elles, en vue de sauver la République d’une part et, d’autre part, de la moderniser et de la consolider durablement

Aucun commentaire: