Click Here! BTCClicks.com Banner Flag Counter

mercredi 21 avril 2010

Où allons nous avec ces perroquets de la république?




Recours intempestifs au marché financier : Le Sénégal met en péril le Cfa

Le pays se sert allègrement sur le marché financier international, pour ses besoins en argent à court terme. Or, c’est la garantie même qui lui permet de continuer de cette manière que le président de la République voudrait faire disparaître. Par Mohamed GUEYE

Le marché financier sous-régional est devenu le véritable poumon financier du Trésor public sénégalais. Il ne se passe plus de trimestre sans que le gouvernement ne fasse émettre des bons du Trésor, ou d’emprunt obligataire. Et ces émissions à échéances si courtes ne servent manifestement qu’à régler des problèmes urgents de trésorerie, tout en continuant à s’alimenter les unes les autres, par les remboursements des crédits précédents.
Or, vu qu’il semble que l’économie sénégalaise n’est plus maintenant en mesure de générer suffisamment de ressources internes pour faire redémarrer la machine, tous ces recours au marché financier international sont essentiellement couverts par le matelas financier de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (Bceao), les fameuses réserves de change que le Président Wade tient absolument à voir rapatrier dans nos pays membres de l’Union économique et monétaire de l’Afrique de l’ouest (Uemoa), pour qu’elles financent les économies à bout de souffle de la sous-région. Or, des spécialistes du ministère de l’Economie et des Finances, parlant sous la garantie de l’anonymat, affirment que dans la situation actuelle, si, par extraordinaire la demande du chef de l’Etat venait à être satisfaite, le pays serait doublement perdant. D’abord, il perdrait la garantie qui lui permet de s’endetter à tour de bras ; et ensuite, les réserves de change, divisées au prorata des dépôts de chaque pays, et de son niveau d’endettement, ne rapporteraient pas grand-chose au Sénégal. En tout cas, moins de 1 000 milliards de francs, aux dires des spécialistes.

Un endettement effréné
Pour donner une idée du niveau d’endettement du pays sur le marché financier, ces derniers mois, il suffit d’indiquer qu’il n’y a pas encore une semaine depuis que l’Etat a lancé son premier avis d’appel d’offres de l’année 2010, pour un emprunt obligataire de 30 milliards de francs Cfa, d’un taux d’intérêt de 6%, et pour une échéance de trois ans. C’est dire que les millionnaires qui vont acquérir ces titres, recevront, par titre, 6% d’un million de francs par an, pendant trois ans, avant de recouvrer leur principal, sans aucune difficulté.
Autrement dit, pour 30 milliards qu’il aura encaissés dans cette opération, le gouvernement va sortir chaque année, pendant trois ans, 1,8 milliard de francs Cfa en intérêts. Qu’aura-t-il alors réalisé avec les 24,6 milliards que lui aura rapportés l’opération ?
Avant l’emprunt obligataire, il y a eu la dernière émission des bons du Trésor, la première de l’année en cours, pour 25 milliards de francs Cfa, en février dernier. Ces bons arrivent à échéance 91 jours après, c’est-à-dire, le 13 mai 2010, très bientôt. La Banque centrale, conseiller financier de l’Etat en la matière, s’est félicitée quelques jours après, du succès de l’opération, qui a vu une offre plus importante que la demande qui était émise. Au point qu’au lieu des 25 milliards demandés, ce sont 31 milliards qui ont été retenus. Le 15 décembre 2009, lors de son émission inaugurale sur le marché financier de Londres, pour 200 millions de dollars, le ministre des Finances Abdoulaye Diop, cité dans le communiqué publié à l’issue de l’opération, vantait, une fois de plus, «la qualité de la signature du Sénégal», ainsi que la capacité du pays à diversifier ses sources de financement. Et les 200 millions de cet emprunt obligataire, émis au taux de 8,75%, seraient censés servir au financement de l’autoroute à péage, dont le concessionnaire est déjà choisi, et a apporté son écot…
On ne parlera pas des bons du Trésor émis en août dernier, ni de l’emprunt obligataire qui les a précédés. Sur ce point, la lecture du journal Le Soleil est très édifiante, pour ceux que cela inspire. Il s’agit ici d’indiquer, comme dit plus haut, que le Sénégal s’est engagé dans une spirale d’endettement qui annihile tous les bénéfices des effacements de la dette accordés par les partenaires bilatéraux et multilatéraux.

Inflation et dévaluation
Plus encore, avec une économie fortement extravertie, dont la balance commerciale est structurellement déficitaire, seule la garantie de la Banque centrale, à travers ses réserves de change, peut servir de caution au fort taux d’endettement du pays. Si le Sénégal venait à faire défaut à ses préteurs, il peut compter sur les réserves de change de la Bceao pour couvrir sa créance. Or, ce sont ces milliards de francs, estimés à 4 000 milliards, que le Président Wade tient à faire partager entre les différents pays ayants-droit, pour, dit-il, «financer les économies».
Or, ce faisant, il ferait bondir l’inflation sans cause, en créant une masse monétaire importante. Mais, plus encore, disent ses propres fonctionnaires, si cette masse d’argent était redistribuée, le Sénégal n’est pas sûr d’être des mieux servis. Notre niveau d’endettement a écorné notre capacité à constituer une épargne, malgré les performances de notre ministre de l’Economie et des Finances. L’économie sénégalaise continue, depuis 2004, à perdre régulièrement en compétitivité. S’il devait continuer de cette manière, et fragilisait sa monnaie, le pays ne pourrait éviter à la zone Cfa une nouvelle expérience de dévaluation monétaire. Sans grands effets bénéfiques cette fois.

mgueye@lequotidien.sn

Aucun commentaire: