Click Here! BTCClicks.com Banner Flag Counter

lundi 31 janvier 2011

«Jamais, je n’aurais autorisé Itoc à travailler avec des voleurs»

MOUSTAPHA NIASSE SUR LE CONTENTIEUX LIE À L’APPROVISIONNEMENT EN FUEL :


«Jamais, je n’aurais autorisé Itoc à travailler avec des voleurs»
En marge de la cérémonie de récital de Coran pour le défunt Mamadou Dia, Moustapha Niasse, Secrétaire général de l’Alliance des forces de progrès (Afp), est revenu sur le contentieux opposant Itoc à l’Etat du Sénégal. Ancien actionnaire dans cette société, M. Niasse affirme que jamais, il n’aurait «autorisé Itoc à travailler avec des voleurs». Bien qu’il ait quitté Itoc, cette société spécialisée dans l’approvisionnement en fuel, «depuis 10 ans», Moustapha Niasse estime que celle-ci a commis l’erreur de traiter avec l’Etat du Sénégal.

«Si j’étais responsable d’Itoc, dit-il, je n’aurais jamais travaillé avec ceux qui ont volé l’argent du Sénégal. Jamais, je n’aurais autorisé Itoc à travailler avec des margoulins, des voleurs, des fossoyeurs de l’économie nationale qui sont spécialisés dans les détournements de deniers publics.» Ceci dit, M. Niasse s’est prononcé sur les causes des coupures d’électricité. Pour l’ex-Premier ministre, cela est dû à la mauvaise qualité du fuel. «Tant qu’on continuera à voler l’argent des Sénégalais en achetant du fuel frelaté à bas prix, il y aura des délestages.»

Pour asseoir ses propos, Moustapha Niasse fait une démonstration de chimie : «Quand le fuel est frelaté, les molécules qui se trouvent dans les hydrocarbures sous terre avant qu’on ne les sorte à l’état brut, sont des molécules d’acide, de phosphore de vanadium et de cadmium. Lorsque le fuel vieillit, ces molécules vieillissent.» Puis de poursuivre : «Lorsqu’on met ce fuel-là qui permet de faire fonctionner les turbines qui produisent l’électricité, il passe de l’état liquide à l’état gazeux et à la vitesse où on les projette dans les injecteurs des turbines, cela devient des cristaux.

«Jamais, je n’aurais autorisé Itoc à travailler avec des voleurs»
Ce sont ces cristaux-là qui cassent ces turbines.» Résultat : les machines s’arrêtent ; les délestages reprennent de plus belle. La recette de Niasse est la suivante : «Pour mettre fin aux délestages, il faut acheter du bon fuel en qualité et en quantité.»

dgbaya@lequotidien.sn

Aucun commentaire: