Click Here! BTCClicks.com Banner Flag Counter

jeudi 16 juin 2011

Moustapha Niasse : « Wade sait dans quelles conditions ont été trafiquées les phases successives du scrutin de 2007 »

Wade sait très bien, et dans tous les cas mieux que quiconque, comment et dans quelles conditions, ont été trafiquées les phases successives du scrutin de 2007, jusqu’au mode de comptabilisation et de proclamation des résultats, a estimé le secrétaire de l’Afp lors de la Conférence nationale du Mouvement des Jeunes de son parti à Fatick. Lire son discours



Conférence nationale du Mouvement des Jeunes de l’AFP

Fatick, le 12 mars 2011

Allocution – Message de M. Moustapha Niasse

Secrétaire Général du parti

Mes chers Camarades,

Vous êtes aujourd’hui à Fatick réunis, à l’occasion de la 2ème Conférence nationale de votre Mouvement.

Nous voulons vous remercier, solennellement, de nous avoir invités à votre Conférence dont la pertinence du thème central est frappante : « 2012 : libérer le peuple sénégalais et réhabiliter l’espoir ».

Les populations du Sine vous accueillent, dans un contexte particulier marqué par la mobilisation de tous les patriotes de notre pays, décidés plus que jamais à accompagner solidairement le peuple dans sa quête exigeante de progrès, parce que conscients que c’est dans l’effort soutenu par l’esprit de méthode que l’homme réalise ses ambitions vers un plus-être et un mieux-être que son génie lui permet de construire, étape après étape, sur le long et exaltant chemin de son destin.

Dans le combat national qui s’organise ainsi, l’AFP, notre parti, s’est engagée, avec vigueur et avec rigueur, au service de la vérité et du changement, dans la pleine ambition de contribuer légitimement et activement à l’avènement d’un Sénégal nouveau.

Après dix années de politiques publiques entreprises dans un cadre et avec des moyens erratiques, hasardeux, approximatifs et dangereux, le pouvoir en place a conduit les Sénégalais à considérer qu’il est de leur devoir impérieux de mettre le holà au régime libéral de Me Wade.

Ce devoir impérieux, nous devons l’accomplir, tous ensemble, en février 2012. La jeunesse de notre pays en général, la jeunesse de l’AFP et de Bennoo Siggil Senegaal en particulier, ont une place singulière dans ce combat.

En décembre 1694, Fénelon interpellait le Roi Louis XIV en ces termes : « Sire, votre pays se détruit du dedans, inexorablement. Son agriculture se meurt, ses paysans subissent la faim, la maladie et les privations. Vous conduisez le peuple, les yeux bandés, insensible comme vous l’êtes, vers l’abîme ».

Quelle actualité peut être aussi réelle qu’au Sénégal d’aujourd’hui, pays dirigé dans l’aveuglement et dans l’irresponsabilité !

Mais nous refusons d’être conduits à l’abîme.

Ce refus, nous devons le traduire par la détermination dans la persévérance et l’engagement dans le combat contre les injustices, par notre opposition contre la mal gouvernance, le gaspillage des ressources publiques, la corruption au sommet de l’Etat, le laisser-aller dans l’administration du pays, contre l’imprévoyance et l’incompétence, contre l’absence de vision et contre le manque de générosité de la part de ceux qui nous dirigent et qui détruisent, par pans entiers, notre pays, son économie, sa jeunesse, son patrimoine national, ses cultures, ses valeurs et vertus. Et qui, aussi, ont fait perdre au Sénégal sa crédibilité dans le monde.

Dans ce combat, les jeunesses de notre pays, encore une fois, occupent une place singulière, toute chargée d’enthousiasme conscient et de patriotisme en mouvement, à la faveur des forces dynamiques que recèlent les populations de notre pays, dans les campagnes comme dans les villes, aptes à relever le défi de l’amour du pays nourri à la source inépuisable des valeurs de notre société et dans l’enrichissement continu de la culture sénégalaise servant de terreau fertile aux composantes successives de la révolution qui se prépare. Le mot révolution est ici entendu comme la mobilisation du peuple pour exiger, dans la perspective des prochaines échéances électorales de février 2012 et au delà, le respect de la loi et du droit, la transparence et l’objectivité dans la conduite du processus électoral, l’évitement, sous contrôle contradictoire, des mécanismes de la fraude que mettent en place, à différents niveaux, les spécialistes zélés qui ont piraté et falsifié, lors de la présidentielle de 20O7, les vrais résultats du scrutin.

M. Abdoulaye Wade sait très bien, et dans tous les cas mieux que quiconque, comment et dans quelles conditions, ont été trafiquées les phases successives du scrutin de février 2007, jusqu’au mode de comptabilisation et de proclamation des résultats.

L’histoire jugera.

Cette révolution est devenue inéluctable parce qu’elle porte les germes généreux du changement, changement dans les mentalités, changement dans les comportements, changement dans les attitudes de chacun, changement dans la perception, dans la compréhension et dans l’analyse des phénomènes de notre société, pour porter en triomphe des ambitions partagées et un nouveau mode de développement communautaire qui allie, tout à la fois, les exigences de l’éthique républicaine, le pragmatisme des réalités de notre temps et les aspirations légitimes du peuple vers la démocratie et le développement, au sein d’une société sénégalaise libérée, définitivement, des serres acérés des carnassiers qui boivent le sang du peuple, avec mépris et insouciance.

Dans le canevas mouvant et multisectoriel à l’interne qui servira de cadre à cette révolution, les jeunes de l’AFP, nous le savons, se sont déjà préparés avec lucidité pour se tenir la main, marcher ensemble dans la même direction et maintenir haut le flambeau de la reconquête des vertus de dignité, d’honneur et de sacrifice que nous ont légués nos communs et valeureux ancêtres.

Evoquer, avec émotion, ces vertus de courage et cette capacité immense de sacrifices dans un élan historique de noblesse et de grandeur, ici au cœur du Sine, c’est rendre hommage à tous ces preux, à ces guerriers intrépides, aux conquérants glorieux qui ont construit, décennie après décennie, les bases de l’histoire de notre peuple.

Du reste, le Mouvement National des Jeunes de l’AFP, en choisissant Fatick, pour la tenue de sa deuxième Conférence nationale, s’est inspiré des temps glorieux où les contrées évoluaient au rythme des épopées qui ont accompagné les phases successives de la construction de la nation sénégalaise, de Diakhao à Mbeuleukhé, de Sandiel à Liliyassa, de Nioro Mamour Ndary à Thyabou, de Ngoye à Ngathie, quand les populations cultivaient avec fierté le courage au combat, l’honneur, la dignité, le sens de la vérité et de la parole donnée, la vie communautaire faite de valeurs et vertus, sources et garantes des ambitions légitimes à réaliser pour le bien de tous et de chacun.

« On nous tue, on ne nous déshonore pas », cette devise constitue une référence fondamentale dans l’évolution de notre pays qui, comme l’a dit le philosophe, « marche les yeux ouverts et les sens en éveil dans ses propres profondeurs ».

Mes chers Camarades,

Votre Conférence nationale sera suivie, le 18 de ce mois de mars 2011, par la Conférence nationale des Femmes du parti.

Ces deux rencontres offrent au Congrès de l’AFP, qui aura lieu à Dakar, les 19 et 20 mars 2011, en guise de prélude, des perspectives et une source d’inspiration qui repose sur votre enthousiasme, en tant que jeunesse d’avant-garde et sur la lucidité des femmes, mères et gardiennes du patrimoine culturel du Sénégal.

Ces Conférences nationales et la tenue du Congrès, Congrès de l’avenir, Congrès de l’espoir, s’ouvrant sur l’action, toutes ces rencontres nous ramènent au milieu même du contexte de mondialisation qui prévaut sur la planète. Dans ce cadre, naissent des paradigmes nouveaux qui impliquent un type d’engagements spécifiques sans lesquels assumer et conduire les nouvelles légitimités deviennent un supplice de Tantale, qui épouse tout à la fois le mythe de Sisyphe et la mystique de l’effort, dans toutes leurs dimensions. Ces données nouvelles invitent l’être humain à maîtriser son propre environnement, comme les rameurs de la vieille tragédie grecque qui, le cœur plein d’entrain, chantaient et allaient vers le rivage en lui tournant le dos.

L’histoire va toujours plus vite que les hommes, mais les hommes font reposer sur l’histoire leurs idées, leurs projets, leurs ambitions et leur foi pour soulever les montagnes de l’inconnu et explorer les abysses de l’océan des mystères de la vie.

L’Alliance des Forces de Progrès s’est inscrite dans cette voie de la foi et de l’action, en étroite coopération avec les formations politiques membres de la Coalition Bennoo Siggil Senegaal, avec la société civile, avec les milieux confessionnels, avec les mouvements associatifs, en un mot, avec le peuple du Sénégal tout entier.

Sous cet éclairage, les jeunes de l’AFP méritent d’être félicités et encouragés parce qu’ils se sont résolument mobilisés au service de l’effort qui conduit au succès dans les entreprises humaines les plus complexes et les plus ardues. Nous sommes, avec vous, prêts à tous les combats et à tous les sacrifices pour sauver notre pays.

La grandeur du génie humain réside dans cette volonté opiniâtre d’assurer la victoire de l’intelligence et de l’effort, de la volonté et de l’endurance, sur les phénomènes qui génèrent l’action productrice de progrès, et fait barrage à l’inefficacité, au motif de découragement ou de découragement ou de résignation qui limitent à une fatalité destructrice les capacités immenses des sociétés humaines.

Vous entendez ainsi impulser, sur la base des nouvelles légitimités auxquelles aspirent les populations de notre pays, des dynamiques de progrès, avec, comme avantage et comme atout, la vigueur que porte la jeunesse et la détermination que celle-ci induit, en termes d’ambitions vers un avenir de créativité et de développement partagés au profit de tous et de chacun.

A l’issue de cette Conférence nationale, les Jeunes de notre parti, hommes, garçons et filles, qui auront atteint l’âge de 35 ans passeront, conformément aux Statuts de l’AFP, chez les adultes où ils militeront désormais, seront élus et placés démocratiquement à des niveaux de responsabilités exécutives, poursuivant ainsi leur sacerdoce de citoyens engagés au service du peuple. A ceux-là, je veux, au nom du parti, redire nos encouragements, nos vœux et nos prières, avec nos remerciements les plus sincères pour le travail qu’ils ont déjà accompli. Nous sommes certains qu’ils continueront de travailler avec les mêmes convictions.

A cet égard, hommage doit être rendu à M. Mbaye Dione qui dirige le Mouvement national des Jeunes pour le Progrès depuis plus de sept années. Notre camarade Mbaye Dione a été un dirigeant sérieux, productif, ouvert et doté d’un grand esprit d’initiative à la tête du Mouvement des Jeunes, tout en cultivant un contact permanent avec sa base politique, ce qui l’a conduit à être élu comme Conseiller rural à Ngoundiane et comme Président de cette Communauté rurale.

Avec lui et au nom du parti, je remercie tous les membres du Bureau national qui ont travaillé, d’arrache-pied, pour accomplir les missions qui vous avaient été confiées.

Au futur Secrétaire Général du Mouvement et aux membres du nouveau Bureau national qui seront élus par votre Conférence, j’adresse des encouragements chaleureux, sachant que la confiance de leurs camarades sera largement méritée et sera une source vivifiante d’actions nouvelles, en guise de contribution à l’approfondissement de la démocratie dans notre pays.

Voilà, mes chers Camarades, le message d’encouragement et de soutien que j’ai cru devoir, ce jour, vous adresser, au nom de tout le parti.

Les sociétés humaines, encore une fois, évoluent toujours dans leurs profondeurs.

La société sénégalaise est aujourd’hui au milieu du gué.

Elle doit en sortir, saine et sauve, par l’organisation logique et la mise en œuvre de ses propres capacités de relever les défis et de vaincre les obstacles.

Je sais que vos travaux vous permettront d’évoquer le drame du déficit en matière d’énergie, ce mal sénégalais qui sévit dans les familles, dans les ateliers, dans les usines, dans les écoles, dans les hôpitaux et partout où le développement est attendu, espéré. Sans aucun doute, vous évoquerez, en les analysant, l’enlisement de l’école sénégalaise, la perte des repères que subit notre jeunesse, la déshérence endémique du fonctionnement de nos Universités, la précarité du sort des enseignants notamment des corps émergents, l’absence de motivation de ceux qui dispensent le savoir face au mépris des pouvoirs publics et aux promesses non tenues, la crise casamançaise et ses effets désastreux, la situation des Sénégalais de l’extérieur, le monde paysan.

Tous ces problèmes ont des solutions.

Au mois de février 2012, lorsque les changements à la tête de l’Etat seront survenus, par la volonté de Dieu et par le vote des Sénégalais, les nouvelles équipes qui prendront le Sénégal en main, commenceront de résoudre, les uns après les autres, le lancinant dossier de l’énergie, celui des perditions scolaires et du vieillissement des infrastructures dans le domaine de l’éducation, la misère médicale et sanitaire qui sévit dans les hôpitaux et dans les centres de santé, la question des vols et des gaspillages, la paix en Casamance, la réhabilitation du monde paysan, l’exploitation rationnelle des zones aménagées dans le Delta ainsi que dans les contrées agricoles du Sud, de l’Est, du Nord et du Centre.

Pour terminer, je veux, en votre nom, féliciter les personnalités de la société civile que sont M. Abdoulatif Coulibaly, éminent journaliste s’il en fut, et M. Birahim Seck, membre distingué du Forum Civil, qui ont eu l’amabilité d’accepter votre invitation à venir parmi nous, ce jour, pour prononcer, respectivement, deux conférences de haute facture sur des sujets porteurs : « la Charte de bonne gouvernance démocratique des Assises Nationales » et « Responsabilités politiques et marchés publics au Sénégal ».

Mes félicitations vont également à nos deux camarades M. Mame Birame Diouf, membre de l’Alliance Nationale des Cadres pour le Progrès (ANCP) et M. El Hadj Diawara, du Bureau national du Mouvement des Jeunes pour le Progrès, qui traiteront respectivement les thèmes suivants : « Le Sénégal : problèmes et solutions » et : « Quelle jeunesse pour 2012 ».

Prions le Seigneur pour que l’entreprise dans laquelle nous nous sommes engagés, avec vous, jeunesse de notre parti, connaisse le succès et produise la prospérité et l’enrichissement mutuels, sur le chemin exaltant de l’action politique, laquelle, en définitive, est un humanisme créateur de bonheur et de bien-être pour tous.

Je souhaite plein succès à vos travaux et vous renouvelle, en même temps, mon soutien sans faille et sans réserve, convaincu que vous avez assimilé les leçons qui permettent de relever les défis du temps, d’abattre les murs de l’incompréhension et de partir, l’âme sereine, vers les sommets de la réussite.

Que Dieu notre Seigneur exauce nos prières

Aucun commentaire: