Click Here! BTCClicks.com Banner Flag Counter

mardi 10 octobre 2017

Réponse ouverte au Gouverneur de la BCEAO.

L’ardeur du débat autour de la monnaie coloniale prend des allures qui présagent la fin de cette malencontreuse aventure, qui demeure au cœur du combat de la souveraineté des peuples de la zone franc. La sortie de la plus haute autorité monétaire de la zone dans une interview accordée par Alain Foka, dans les locaux de l’institut, en est la plus parfaite illustration.
Monsieur le Gouverneur, je suis au regret de vous dire que vous vous trompez sur les questions économiques et ceci est la preuve que la dichotomie opérée dans notre espace entre le secteur monétaire et le secteur réel, n’est pas bénéfique à nos faibles économies de troc.
A l’entame de vos propos, vous affirmez vous attendre à des questions techniques, permettez-moi monsieur le gouverneur de vous rappeler que communiquer c’est rendre facile la compréhension et atteindre le maximum de sujets ; et justement dans votre zone la population ayant accédé à l’enseignement supérieur, pouvant appréhender des questions complexes, tourne autour de 16%. Entretenir les populations dans le flou avec des termes techniques lourds et vides de sens a été pendant des décennies la méthode de nos élites pour éloigner les citoyens des questions économico-politiques.
Monsieur le Gouverneur, vous saluez les « pères fondateurs » du franc CFA et leurs visions ; pour votre gouverne, les mécanismes de notre franc aberrant dérivent de la vision Nazi d’une rapine organisée dans les territoires occupés que nous devons au ministre allemand du IIIe Reich du nom d’Hermann Goring. Le Franc CFA, tel que nous le connaissons aujourd’hui est crée par le Général De Gaulle, président du gouvernement provisoire, son ministre des finances René Pleven et le ministre des colonies Jacques Soustelle ; cet instrument de domination naquit par le décret n° 45-0136 du 25 Décembre 1945. Il faut bien prendre en compte le contexte d’après guerre alliant pertes matérielles, ruines et extrême pauvreté comme l’a bien éclairé l’OCDE, qui précise qu’en 1945, les 10 pays de son étude, dont la France, cumulaient une dette de 116% du PIB, record jamais battu tout au long du siècle passé. Cette France, constitutionnellement inexistante (régime de Vichy) et économiquement pillée par le système ingénieux de Goring était en quête d’oxygène par l’instauration d’un système monétaire afin de mieux piller ses colonies et son adhésion aux accords de Breton Wood pour bénéficier des aides d’après guerre promises par les vainqueurs dans la reconstruction du vieux continent. Monsieur le Gouverneur, je vous conseille de lire l’ouvrage de René Sédillot intitulé le « Franc Enchainé » pour comprendre que la France a administré à ses colonies ce qu’elle a subit des Nazis. Ces pères fondateurs de ce franc ont placés nos pays dans une servitude monétaire et une dépendance politique pilotée depuis l’Elysée et bien entretenue par nos chefs d’Etats et votre institution qui n’a pas le mérite d’être appelé « banque centrale ».
Monsieur le Gouverneur, le principe de parité fixe avec une monnaie forte ne nous donne aucune marge de manœuvre pour faire face aux chocs extérieurs et il est de nature à plomber notre compétitivité et nous faire subir des dépréciations à chaque fois que la monnaie d’ancrage se déprécie. Cette parité fixe est bien connue selon les études de Barro et Gordon pour être nocive aux économies avec des mobilités excessives de capitaux. Une parité que vos services laissent au trésor français le soin de la défendre en épuisant vos réserves détenues dans ses écritures.
Monsieur le Gouverneur, votre combat effréné pour la stabilité des prix (article 8 du nouveau traité officieux) dans un espace en asphyxie avec des déficits de financements des gouvernements (article 36 de votre traité traître de 2010) et avec de forts besoins en croissance qui ne figure pas dans vos mandats, est de nature à entretenir et creuser le chômage. En effet, il est établi une corrélation entre le chômage et l’inflation depuis les travaux de Phillips basés sur une observation séculaire. En parlant d’inflation, savez-vous que même le FMI que vous adulez préconisait des taux supérieurs à 5% dans son rapport de 2005 pour les pays pauvres en quête de forte croissance. Dans notre zone, de grands économistes ont déterminé notre taux optimal et il se situe à 8% pour demeurer en cohérence avec les projets de développements identifiés par les autorités en charge du secteur réel.
Monsieur le Gouverneur, vous dites que cette monnaie nous appartient par appropriation, j’ai failli pleurer en vous entendant dire cette bêtise au vu des éléments historique et du fonctionnement des institutions du système. Permettez-moi de vous rappeler la deuxième dévaluation du franc CFA en 1994 qui n’a pas été une décision d’origine africaine, on décide que de ce qui nous appartient ! J’ai du mal à croire que cette monnaie nous appartient pour quatre raisons :
Elle est crée par décret par une autorité coloniale dans une logique de domination.
Elle est jusqu’à présent fabriquée et garantie par la France.
Elle nous oblige à des dépôts de devises au trésor à hauteur de la moitié de nos faibles exportations.
Elle donne droit à la présence de « Colons » dans tous les conseils d’administrations des banques centrales et dans les Conseils Nationaux de Crédit (CNC) avec des voix délibératives.
Enfin, monsieur le Gouverneur, vous évoquez dans la rubrique presque d’impossibilité la fabrication chez nous de la monnaie. Peut-être que je ne vous apprends rien en vous disant que les billets de banque sont fabriqués sur la base de coton et que la France fabricante de billets ne produit pas de coton. Je sais que je ne vous apprends pas que la zone UEMOA est grande productrice de Coton avec près de deux millions cinq cents mille tonnes pour l’exercice 2016 ; ce coton exporté à 97% tue à petit feu la filière et constitue de la valeur ajoutée et de la main d’œuvre exporté. La technologie de fabrication de billets n’est pas hors de notre portée, le Maroc, ancien membre de la zone franc, l’a mis en place depuis 1987 et aujourd’hui à Dar as Sikkah est fabriqué aussi bien des billets, mais aussi des documents sécurisés et vignettes. C’est stratégique de ne pas confier la fabrication de signes monétaires à des pays étrangers et cela sauvera la filière du Coton tout en créant des emplois ; cela vous permettra aussi d’assumer votre rôle d’institut d’émission implicitement cité dans les statuts de la Banque Centrale. Rien qu’entre 2004 et 2015, la BCEAO a dépensé 289.254.000.000 Franc CFA au titre de l’entretien de la circulation fiduciaire (achat de signes, assurances et transports), soit plus de quatre fois le montant prévu par le directeur général de la fabrication des billets de la Banque de France, Erick Lacourrège, pour le déménagement du deuxième site d’impression et de fabrication à Vic-le-Compte (Puy de Dôme) des billets en France.
Je m’en arrêterai là, monsieur le Gouverneur, évitant de parler du « clearing » ou comptes d’opérations par souci de préserver mon appareil cardiaque grandement endommagé par la posture des élites africaines qui rabaissent tout un continent en courbant l’échine devant leurs pairs occidentaux qui à l’instar de virus, vivent des ressources et opportunités du continent Africain. Monsieur le Gouverneur, vous semblez ne pas comprendre les enjeux autour de ce que nos états vous ont confiés et c’est ce qui me rend triste. Une réforme d’urgence est nécessaire sur les principes de fonctionnement de cette monnaie à court terme et un agenda sérieux pour une monnaie à nous dans un moyen terme. La monnaie est éminemment sérieuse pour être laissé entre des mains inexpertes, paresseuses ou irresponsables.
L’indépendance de l’institution (article 4 du traité traître) par rapport à ses propriétaires légitimes est une hérésie qui montre que les africains n’ont toujours pas cessé de copier/transposer des réalités et normes, qui ne correspondent pas à la structure de leurs économies et les objectifs de leurs politiques, par complexe ou sentiment d’infériorité.
La question du CFA s’inscrit dans tous les agendas des organisations et mouvements qui se préoccupent de la souveraineté de nos états, l’ignorer vous fera jouer les mauvais rôles dans ce combat qui aboutira sans l’ombre d’un doute au cours de ce siècle, eu égard aux faits stylisés et l’engagement citoyen généralisé autour de cette problématique. Les prochaines échéances présidentielles verront ce débat au cœur des enjeux et les politiques seront obligés d’y apporter des réponses idoines.
Recevez mes salutations les plus distinguées et mes prières dévouées afin que vous soyez à la hauteur des espérances de cette jeunesse engagée à délivrer nos états de cette « France-à-fric » coriace et savamment protégée par les deux préfets plénipotentiaires que sont Alassane Ouattara et Macky Sall.
Vive l’Afrique, le combat continu, Dafa Leeer !



M. Oumar DIAGNE
Expert financier/spécialiste finance islamique
PDG Zafir Consulting S.A- Membre de la FCAA
SG du Rassemblement pour la Vérité (RV)
Dakar- Sénégal


jeudi 10 août 2017

Les pouvoirs du président

  • Le président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure le fonctionnement régulier des pouvoirs publics, ainsi que la continuité de l'Etat. Il est le garant de l'indépendance nationale et de l'intégrité du territoire. C'est dans ce cadre qu'il est maître du "bouton" nucléaire, en réalité une clé chiffrée.
  • Il prend les mesures exigées en cas de crise (article 16, relatif aux "pouvoirs exceptionnels").
  • Il nomme le Premier ministre. Il met fin à ses fonctions sur la présentation par celui-ci de la démission du gouvernement. Sur proposition du Premier ministre, il nomme les autres membres du gouvernement et met fin à leurs fonctions. Il préside le Conseil des ministres, signe les ordonnances et les décrets. Il nomme les principaux responsables de l'administration. Ces nominations sont mieux encadrées depuis la révision constitutionnelle de 2008.
  • Il est l'interlocuteur des dirigeants des autres pays, accrédite les ambassadeurs, négocie et ratifie les traités.
  • Il est le chef des armées.
  • Il soumet à référendum certains projets de loi.
  • Il promulgue les lois, peut dissoudre l'Assemblée nationale et convoquer le Parlement en session extraordinaire.
  • Il est le garant de l'indépendance de l'autorité judiciaire et préside le Conseil supérieur de la magistrature.
  • Il dispose du droit de grâce, mais cette grâce ne peut plus être accordée qu'à titre individuel, et non plus collectivement.
  • Il peut être à l'initiative d'une révision de la Constitution (ainsi que le Parlement). Le projet ou la proposition de révision doivent être votés par l'Assemblée et le Sénat en termes identiques. Le président choisit ensuite de le/la faire adopter par référendum ou par le Parlement réuni en Congrès.
  • Il saisit le Conseil constitutionnel dont il choisit trois membres sur neuf et nomme le président.
  • Il n'est responsable des actes accomplis dans l'exercice de ses fonctions qu'en cas de "haute trahison". Il est jugé par la Haute Cour de justice.
  • En contrepartie à la protection qui lui est accordée pendant la durée de son mandat, il peut être destitué "en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat". C'est une sanction politique et non pénale.

jeudi 6 juillet 2017

“Dévaluation programmée du Franc CFA (1 euro = 1300 f cfa): Ce que l’on redoutait est désormais sur la tabe de Macron”

Le Trésor français vient de communiquer au Président Emmanuel Macron un rapport sur la situation du franc CFA en relation avec le compte des opérations d’où il résulte qu’il faut conforter la division géographique de la zone CFA Afrique centrale et Afrique de l’ouest.
Le président Macron a successivement reçu les présidents Alassane Dramane Ouattara et Macky Sall pour des entretiens à ce sujet. On se rappelle que la Directrice du FMI Madame Christine Lagarde était déjà venue au Cameroun en compagnie du ministre français de l’économie et des finances Michel Sapin pour entretenir les chefs d’états de la CEMAC sur une éventuelle dévaluation du franc CFA XAF.
Il est désormais manifeste que cette dévaluation du franc CFA ne concerne pas le franc CFA XOF de l’UEMOA.
Les conclusions des économistes du Trésor français sont précises que l’Afrique de l’ouest a mieux géré ses réserves monétaires dans le compte des opérations françaises que l’Afrique centrale. La première dévaluation du franc CFA était le fait de l’Afrique centrale et c’est pourquoi l’Afrique de l’Ouest ne veut plus le lien monétaire entre elles. Et notamment Monsieur le président Ouattara a bien géré ses devises en bon économiste, en important moins et en consommant plus les produits locaux. Car plus on importe plus on épuise ses réserves dans le compte des opérations. C’est le lieu de rappeler que la Cote d’Ivoire dispose de 40% des devises de toute l’UMOA et d’une balance commerciale excédentaire.
Il est clair que l’Afrique de l’ouest cible avec bonheur ses importations alors que l’Afrique centrale importe tout en chine jusqu’à l’ail qui est pourtant produit localement. La conséquence est que les importations sont garanties par le compte des opérations en France, lequel compte est précisément destiné au paiement de nos dettes et de nos importations en devise.
Il s’avère donc qu’en important tout, les pays de l’Afrique centrale ont épuisé rapidement leurs réserves dans le compte des opérations. A contrario, les pays de l’UMOA, pilotés par la Cote d’ivoire et le Sénégal ont encore des réserves dans leurs comptes des opérations.
Face à cette situation, le président français Emmanuel MACRON a proposé aux présidents de Cote d’Ivoire et du Sénégal d’aider la zone CEMAC en leur faisant des avances de devises.
Ce à quoi ces deux ont opposé une fin de non-recevoir au motif, dit le président Ouattara, que « chacun assume ses propres turpitudes » et qu’on ne demande pas aux uns (qui ont bien géré leurs devises) de venir au secours des autres (qui ont mal géré). Comme chacun sait la fourmi n’est pas prêteuse.
Le trésor français face à cette situation a proposé au président Macron d’envisager la dévaluation du franc CFA XAF (de la CEMAC) au taux de 1 Euro = 1300 francs CFA XAF soit de 50% la valeur actuelle et de réévaluer le franc CFA XOF au taux de 1Euro= 500 francs CFA XOF (de l’UMOA).
Il est clair que cette situation déplorable est le résultat d’une gestion catastrophique de certains pays de la CEMAC qui impacte sur tous les autres. Les importations massives au préjudice des produits locaux dont la promotion n’a pas été assurée est, à n’en point douter, à l’origine de la dévaluation projetée.
C’est pourquoi le Parti politique Les Patriotes (ancien PADDEC) demande instamment aux chefs d’Etats de la CEMAC de réduire les importations et les cantonner au strict nécessaire vital.
Le parti politique Les Patriotes demande à la France, terre des droits de l’homme, de liberté et de justice, de faire une lecture attentive des accords de coopération monétaire qui lient la France aux pays de la CEMAC et notamment en ses articles 7 et 9 qui disposent que la France garantit la convertibilité illimitée du franc CFA. Ainsi la France en exécution de son obligation contractuelle doit injecter les devises dans les économies exsangues de l’Afrique centrale pour éviter la dévaluation projetée qui sera préjudiciable aux peuples africains.
Par ailleurs, la France doit prendre toutes les dispositions pour que le Franc CFA redevienne une devise internationale, comme avant la dévaluation de 1994 intervenue en toute violation des accords de coopérations monétaires sus visés.
Je m’interroge sur le véritable jeu de cons auquel jour la France.
Comment peut-on, sans scrupule, défendre les dictateur qu’on installe par la force dans ces pays et se dédouaner de la responsabilité de leur incompétence à gérer ces pays?
Marcus Kissa

dimanche 29 janvier 2017

Poutine : À l’Ouest, le « nouvel ordre mondial » normalise la délinquance pédophile

Vladimir Poutine a profité de sa conférence de presse annuelle de Noël pour reprocher aux zélites libérales occidentales d’abandonner les valeurs traditionnelles qui ont fait la grandeur de leurs pays. Au lieu de construire un avenir basé sur les solides valeurs chrétiennes, les zélites occidentales ont créé une culture du « politiquement correct débridée et outrancière » si destructrice, qu’elle entraînera la chute de la civilisation occidentale si elle n’est pas arrêtée. Lors d’une séance de questions-réponses de près de quatre heures, le président russe a disserté sur l’état de son pays et du monde. Il a dit qu’il y a un effort international en faveur d’un nouvel ordre mondial qui « supprimera la souveraineté nationale » et « détruira l’identité et la diversité créée par Dieu. » Poutine affirme que pour atteindre cet objectif, les zélites occidentales ont commencé par rejeter les racines sur lesquelles leur société s’est édifiée. « De nombreux pays occidentaux ont décidé de nier ou rejeter leurs propres racines, en particulier l’origine chrétienne qui forme le socle de la civilisation occidentale. Dans ces pays, tout précepte moral et identité traditionnelle sont niés – l’identité nationale, religieuse, culturelle et même de genre, sont niés ou relativisées. » « Dans ces pays, l’administration traite (juridiquement) à égalité les familles avec de nombreux enfants et les duos homosexuels. « Dans ces pays, la démesure et la licence du politiquement correct conduisent à examiner très sérieusement la légitimité des partis qui encouragent la propagande de la criminalité pédophile. « Les gens de beaucoup d’États européens ont honte de leur appartenance religieuse et ont vraiment peur d’en parler. » Poutine dit que la situation est devenue si outrancière dans la civilisation occidentale, que l’on enseigne à présent aux gens que « La foi en Dieu est égale à la foi en Satan ». Dire le contraire risquerait d’être incorrect politiquement : le grand délit de notre époque. « Les fêtes et les célébrations chrétiennes sont abolies ou rebaptisées de manière neutre, comme si on était honteux de ces fêtes chrétiennes. On cache ainsi les valeurs morales plus profondes de ces célébrations. « Et ces pays essaient d’imposer ce modèle aux autres pays, mondialement. Je suis profondément convaincu que c’est la voie directe vers l’avilissement et le retour à la barbarie de la civilisation. Cela fait s’aggraver la crise démographique et morale en Occident. Quelle meilleure preuve pourrait-il y avoir de la crise morale de la société humaine (occidentale), que la perte de son devoir de procréation ? » L’Ouest ne peut survivre par la procréation « Aujourd’hui, quasiment tous les pays occidentaux ‘développés’ ne peuvent pas survivre par la procréation, pas même avec l’aide des migrants. « Sans les valeurs morales enracinées dans le christianisme et les autres religions du monde, sans les règles et les valeurs morales qui ont été établies et mises en valeur au cours des millénaires, les gens perdront inévitablement leur dignité humaine. » Poutine est inébranlable quant à la détermination de la Russie à défendre les valeurs occidentales. « Et nous pensons qu’il est juste et naturel de défendre et de préserver ces valeurs morales (chrétiennes). » La tentative de créer un gouvernement mondial unique Poutine a aussi évoqué la tentative de créer un gouvernement mondial qui ferait disparaître les États souverains – un aboutissement qui conduirait « à l’abandon de sa propre identité » et à la perte de la « diversité créée par Dieu ». « À l’Ouest, en même temps que ce processus au niveau national, on observe au niveau international des tentatives visant à relativiser et supprimer les institutions de droit international et la souveraineté nationale, pour créer un modèle de monde unipolaire unifié. « Dans ce genre de monde unifié et unipolaire, il n’y a pas de place pour les États souverains. Ce genre de monde n’a besoin que de vassaux. « Du point de vue historique, ce genre de monde unipolaire impliquerait l’abandon de sa propre identité et de la diversité créée par Dieu. » Your News Wire, Baxter Dmitry

mardi 15 novembre 2016

Comment-les-maîtres-du-monde-vont-ils-neutraliser Donald-Trump extrait d un article intéressant...

MamAfrika TV | Gabriel Makang pour le Sphinx Hebdo WASHINGTON DC, Etats-Unis – Trump a été élu président à la surprise de presque tous. Les gens réagissent différemment à cette élection. Alors que certains protestent en expriment leur chagrin par des protestations, d’autres, des hommes politiques de l’establishment spécialement, ajustent leur positions et corrigent les propos désobligeants qu’ils ont tenus à l’encontre du candidat paria devenu président des Etats-Unis. Il y a cependant un groupe de personnes qui ne s’est pas exprimé. Il n’a pas l’habitude de le faire. Mais son avis compte énormément. C’est à la réaction de ce groupes d’individus très puissants que nous devrions prêter attention car ils ont le pouvoir d’influer sur les événements : Ce sont les Maitres du monde. Il est en effet intéressant de savoir comment ils prennent la chose. Ils n’avaient pas prévu cette tournure des choses. Leurs candidats étaient Jeb Bush, Hillary ou un autre politicien marionnette comme Mark Rubio ou Ted Cruz. Au lieu de cela, ils ont affaire au truculent Donald Trump, tombé comme un gros cheveu dans leur soupe. Comme nous l’avions déjà dit dans notre article sur les élections américaines de 2016 intitulé Pourquoi Donald Trump Fait-il Peur à l’Establishment Américain ? , le nouveau président a un agenda en conflit avec celui des Maitres du Monde : Il veut arrêter le Transpacific Partnership (TPP), cette sorte d’agrément qui lie les économies des pays Occidentaux à ceux des pays asiatiques et du pacifique donnant au passage la souveraineté des nations aux multinationales. L’un de ses conséquences est la délocalisation des emplois au Etats-Unis vers des pays en voie de développement au nom du profit. C’est un projet très cher aux Maitres du Maitres car il constitue une étape majeure dans la mise en place du Nouvel Ordre Mondial. De la même façon, il a exprimé l’intention d’arrêter les engagements militaires des Etats-Unis à travers le monde pour s’occuper des problèmes internes du pays. Ces interventions ont pour but de refaire la carte des géopolitiques des régions du monde et de soumettre à l’ordre financier mondial des pays comme la Libye, la Syrie ou l’Iraq qui ne l’étaient pas encore. Il veut réviser le rôle de l’Otan qui après avoir prétendu être une protection contre la « menace » soviétique assume maintenant son véritable rôle de bras armé dans le plan de conquête du monde par l’oligarchie financière. Il veut créer un rapprochement avec le président Russe Vladimir Putin. Ce projet se met en travers du complexe militaro-industriel qui a besoin d’ennemi pour justifier ses dépenses. Les Maitres du Monde détestent la Russie parce qu’elle est la seule grande puissance qu’ils ne contrôlent pas entièrement et qui s’oppose malgré elle à leurs plans de conquête de la planète. Donc, Donald Trump pose un problème aux Maitres du Monde auquel ils ne peuvent rester indifférents. Mais ce n’est pas la première fois qu’ils aient face à eux un homme politique enthousiaste qui croit pouvoir changer le monde contre leur avis. Et ils ont prévu pour cela différents scenarios en fonction du contexte social et politique et de la personnalité du président. Ils vont procéder par l’une des trois méthodes suivantes L’intimidation Auquel cas, on le verra perdre sa verve, s’assagir et changer complètement son discours comme Barack Obama l’a fait et comme nous l’avons décrit dans un autre de nos articles intitulé : Barack Obama ou Le Rêve Brisé : Qu’est Ce Qui s’est Passé ? Celui-ci est passé d’un langage humble et rassembleur à un discours prédateur après un rappel à l’ordre des centres de pouvoirs qui contrôlent l’exécutif américain. Mais Donald Trump est d’une personnalité différente : bagarreur, fougueux et gueulard. On a vu comment il a tenu haut la main et gagné une élection dans une adversité qu’aucun des hommes politiques de premier plan n’aurait pu supporter. Il avait contre lui tous les medias de la presse dominante, les deux partis politiques les plus importants, l’élite financière, des hommes d’affaires de son propre parti et pratiquement la moitie de l’électorat. Malgré cela, il a gagné dans une incroyable hostilité. Il est le seul homme politique à avoir osé mettre l’establishment en garde contre la fraude électorale en les menaçant d’émeutes. Ce n’est donc pas le genre de personnes qu’on intimide facilement et cela peut même s’avérer dangereux. Contrairement au président Obama mis au pas dans le secret d’un bureau ou d’un salon, Donald Trump est le genre qui pourrait venir déballer cette manœuvre à la télévision. L’élimination Physique Cette méthode ne poserait pas un problème dans son exécution pratique car les Maitres du Monde ont des agents dans toutes les institutions de l’Etat, spécialement dans la haute hiérarchie de l’appareil sécuritaire. Ce sont les conséquences d’un acte pareil qui seraient catastrophiques. Contrairement au président Kennedy, Donald Trump a, en tant qu’homme d’affaires des connections et des alliés puissants dans l’appareil de l’Etat. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle on n’a pas pu le faire tomber par des accusations de viol ou de harcelement sexuel, de fraudes fiscales ou de poursuites judiciaires d’un autre ordre. Il est soutenu par des milices de l’extrême-droite capables de créer des troubles sérieux dans le pays si quelque chose lui arrivait. Près de 200 généraux et amiraux lui ont donné leur soutien officiel en plus du soutien officieux qu’il a dans tous les secteurs de l’Etat de la part des patriotes qui comprennent que Madame Clinton, au service de l’oligarchie financière allait conduire le pays vers sa destruction. Ces généraux se plaignent de ce que le pouvoir politique détruit l’armée dans des guerres sans fin et sacrifie au passage les vies de jeunes américains pour l’enrichissement des multinationales. Donald Trump a probablement quelques alliés secrets parmi les hommes politiques qui n’attendaient qu’un leader courageux pour défier le système. Cependant il faut signaler que même comme ce scenario est contre-productif il ya des gens qui y pensent. La Technique du Containment C’est une méthode qui consiste à empêcher le président rebelle de réaliser son agenda sans l’éliminer. C’est probablement la méthode qu’ils utiliseront. Les Maitres du Monde contrôlent le Congrès et presque tous les élus qui dépendent de leurs contributions financières pour se faire élire. Ils pourraient donc utiliser leurs agents au Congrès pour bloquer ses projets de loi et rendre sa présidence impopulaire. Déjà, ils continuent à le salir et veulent le mettre sur la défensive à travers les protestations qui se déroulent à travers le pays. Celles-ci seraient, d’après Wikileaks, en partie financées par Georges Soros, le soi-disant philanthrope qui n’est rien que l’une des faces visibles du gouvernement secret qui tire les ficelles et aimerait continuer à contrôler l’exécutif américain. Le but de cette manœuvre est de forcer le nouveau président à tempérer ses ardeurs et le disposer à négocier. La presse dont les ténors n’ont pas caché leur déception après la défaite d’Hillary s’en donne à cœur joie et se plait à montrer à quel point le nouveau président serait impopulaire. C’est dans ce chapitre qu’il faut inclure la fabrication des scandales financier, sexuel ou politique du genre Watergate qui fit démissionner le président Nixon par un impeachment. Ils exploiteront toutes ses maladresses ou erreurs pour entretenir sa mauvaise image. Le président Donald Trump qui n’est pas né de la dernière pluie sait certainement ces choses. N’empêche que ceux qui le peuvent doivent prier pour lui car le président élu Donald Trump a contre lui un monstre qui a assassiné des présidents et détruit des pays entiers. Gabriel Makang pour le Sphinx Hebdo

vendredi 11 novembre 2016

Donald Trump a fourni une longue liste de promesses qu’il tiendrait s’il était élu. Lors d’une apparition à Gettysburg, en Pennsylvanie, il jure de les appliquer dans les 100 premiers jours de son mandat.

“Le 8 novembre, les Américains vont voter pour ce plan de 100 jours pour restaurer la prospérité de notre pays, sécuriser nos communautés, et l’honnêteté de notre gouvernement », a dit Trump. “Ceci est mon engagement envers vous et si nous suivons ces étapes, nous allons avoir, une fois de plus, un gouvernement du, par et pour le peuple et surtout nous ferons que l’Amérique retrouve sa grandeur. Croyez-moi.” Voici la liste des actions politiques, appelée « Contrat avec les électeurs américains”, détaillée par Trump : 1. Proposer un amendement constitutionnel pour imposer une limite de durée à tous les membres du Congrès 2. Instituer un gel à l’embauche de tous les employés fédéraux pour réduire les effectifs fédéraux par attrition (départs en retraite) (sauf pour les militaires, la sécurité publique et la santé publique) 3. Exiger que pour chaque nouvelle régulation fédérale, deux régulations existantes soient éliminées 4. Instituer une interdiction de cinq ans aux fonctionnaires de la Maison Blanche et du Congrès de devenir lobbyistes après avoir quitté le gouvernement 5. Créer une interdiction à vie pour les fonctionnaires de la Maison Blanche leur interdisant de faire du lobbying pour le compte d’un gouvernement étranger. 6. Instaurer une interdiction complète pour empêcher les lobbyistes étrangers de fournir des fonds pour les élections américaines. 7. Annoncer l’intention de renégocier l’ALENA ou de se retirer de cet accord en vertu de l’article 2205. 8. Annoncer le retrait du Traité Trans-Pacifique. (TTP) 9. Demander au Secrétaire du Trésor de classer la Chine dans les pays manipulateurs de devises. 10. Demander au Ministre du Commerce et au Représentant des États-Unis pour le Commerce extérieur d’identifier tous les abus en terme d’échanges commerciaux profitant à l’étranger qui ont un impact injuste sur les travailleurs américains et les obliger à utiliser tous les outils du droit américain et international pour mettre fin à ces abus immédiatement. 11. Lever les restrictions sur les exploitations des réserves énergétiques américaines, productrices d’emplois, d’une valeur de 50 000 milliards de dollars, y compris le pétrole de schiste, le gaz naturel et le charbon propre. 12. Supprimer les blocages Obama-Clinton et permettre à des projets d’infrastructures énergétiques vitales, comme le pipeline Keystone, d’être lancés. 13. Annuler les versements de plusieurs milliards aux programmes de changement climatique de l’ONU et utiliser cet argent pour réparer les infrastructures environnementales et le réseau d’eau. 14. Annuler toutes les actions non constitutionnelles de l’exécutif, les mémorandums et les ordres du président Obama. 15. Commencer le processus de sélection pour remplacer le juge Scalia de la Cour suprême, à partir de ma liste de 20 juges, qui fera respecter et défendra la Constitution des États-Unis. 16. Annuler tout financement fédéral des villes sanctuaires. [NdT. : villes ne poursuivant pas les clandestins au seul motif de pas disposer pas de papiers] 17. Commencer à retirer plus de 2 millions d’immigrants illégaux criminels du pays et à annuler des visas pour les pays étrangers qui voudront par les récupérer. 18. Suspendre l’immigration en provenance des régions enclines au terrorisme où des enquêtes ne peuvent pas être réalisées en toute sécurité. Toute sélection de personnes venant dans notre pays devra être extrêmement rigoureuse. 19. Travailler avec le Congrès sur une loi de simplification et d’allégement fiscal de la classe moyenne. Ce plan économique visera à faire croître l’économie de 4% par an et à créer au moins 25 millions de nouveaux emplois grâce à la réduction massive des impôts et à des simplifications, en combinaison avec une réforme du commerce, un allégement réglementaire, et la levée des restrictions sur l’énergie américaine. Les plus fortes réductions d’impôt seront pour la classe moyenne. Une famille de la classe moyenne avec 2 enfants obtiendra une réduction d’impôt de 35%. Le nombre actuel de tranches sera réduit de 7 à 3, et les formulaires d’impôt seront également grandement simplifiés. L’impôt sur les sociétés sera abaissé de 35 à 15 %, et les milliers de milliards de dollars des entreprises américaines à l’étranger pourront être rapatriés à un taux de 10 %. 20. Travailler avec le Congrès sur une loi « Fin de l’Offshoring », en établissant des droits de douane pour dissuader les entreprises de licencier leurs travailleurs afin de déménager dans d’autres pays puis d’expédier leurs produits vers les États-Unis sans payer de taxes. 21. Travailler avec le Congrès sur une loi « Énergie et infrastructures américaines ». Elle utilisera des partenariats public-privé et des investissements privés par le biais d’incitations fiscales, pour injecter 1000 milliards de dollars d’investissements dans les infrastructures sur dix ans. Cela ne coutera rien de plus. 22. Travailler avec le Congrès sur une loi « Choix de l’école et Opportunités d’éducation ». Pour rediriger les dollars de l’éducation pour donner aux parents le droit d’envoyer leur enfant à l’école de leur choix : publique, privée, à charte, ZEP, religieuse ou à la maison. Cesser le noyau éducatif commun, déléguer la supervision de l’éducation au niveau local. Elle élargira l’enseignement professionnel et technique, et créera des universités de 2 à 4 ans plus abordables. 23. Travailler avec le Congrès sur une loi « Abrogation et remplacement de la loi Obamacare ». Abroger entièrement l’Obamacare et le remplacer par des comptes d’épargne santé, la possibilité d’acheter une assurance santé dans un autre État, et laisser les États gérer les fonds de Medicaid. Les réformes prévoiront également de réduire la paperasserie de la FDA : il y a plus de 4000 médicaments en attente d’approbation, et nous voulons en particulier accélérer l’approbation des médicaments qui permettent de sauver des vies. 24. Travailler avec le Congrès sur une loi « Garde abordables des personnes agées et des enfants ». Permettre aux Américains de déduire la garde des enfants et des personnes âgées de leurs impôts, inciter les employeurs à fournir des services de garde d’enfants, et créer des comptes d’épargne défiscalisés de soins pour les personnes dépendantes, pour les jeunes et les personnes âgées, avec des subventions pour les familles à faible revenu. 25. Travailler avec le Congrès sur une Loi pour la fin de l’immigration illégale. Financer entièrement la construction d’un mur sur la frontière sud, avec le pleine soutient du Mexique qui remboursera aux États-Unis le coût total de ce mur ; établir une peine plancher obligatoire de 2 ans minimum dans les prisons fédérales pour les expulsés récidivistes, portée à 5 ans minimum pour ceux qui auront en outre été condamnés pour crime, pour plusieurs délits ou qui auront déjà été expulsés deux fois ou plus ; réformer également les règles de visa pour augmenter les sanctions pour dépassement des limites du visa et s’assurer que les emplois soient donnés en priorité aux travailleurs américains. 26. Travailler avec le Congrès sur une loi « Restauration de la sécurité des communautés ». Réduire la flambée de la criminalité, du trafic de drogue et de la violence en créant un groupe de travail sur les crimes violents et en augmentant le financement des programmes qui forment et aident la police locale ; augmenter les financements des organismes d’application de la loi fédérale et des procureurs fédéraux pour démanteler les gangs criminels et mettre les délinquants violents derrière les barreaux. 27. Travailler avec le Congrès sur une loi « Restauration de la sécurité nationale ». Reconstruire notre armée en éliminant le séquestre de la défense et en augmentant notre investissement militaire ; fournir aux anciens combattants la possibilité de bénéficier d’une couverture santé publique ou de choisir le médecin privé de leur choix ; protéger notre infrastructure vitale de cyber-attaques ; établir de nouvelles procédures d’évaluation en matière d’immigration pour assurer que ceux qui sont admis dans notre pays soutiennent notre peuple et nos valeurs. 28. Travailler avec le Congrès sur une loi « Nettoyer la corruption à Washington ». Promulguer de nouvelles réformes éthiques visant à « nettoyer les écuries d’Augias » et à réduire l’influence corruptrice des intérêts particuliers sur notre politique. Source : Breibart, 22/10/2016

jeudi 3 novembre 2016